La fièvre hémorragique Ebola a 75% de chances de toucher le territoire français et 50% de chances pour la Grande-Bretagne dans moins de trois semaines.

Selon les probabilités de propagation du virus établies par les chercheurs de la Northeastern University de Boston, à l’origine de ces travaux, la France se situe en deuxième position juste derrière le Ghana, pays situé à proximité du Liberia, de la Guinée et de la Sierra Leone, les Etats africains les plus touchés par Ebola, dans le classement des pays les plus exposés au risque de contamination.

Une place qui s’explique par le lien historique, culturel et linguistique qui unit la France à ces trois pays francophones. De fait, un trafic aérien intense existe entre ces destinations. « Il est assez logique que nous soyons en première ligne compte tenu du fait que la France est en ouverture avec l’Afrique de l’Ouest », fait ainsi valoir Jean-François Delfraissy, directeur de l’Institut de Microbiologie et Maladies infectieuses à l’Inserm.
Voyons le coté positif, il y a 25 % de chance de ne pas être touché !

Première contamination en Europe d’une aide-soignante qui travaillait dans l’hôpital madrilène où sont morts de ce virus deux missionnaires rapatriés d’Afrique.

Ebola Tenue
E
nfin, regardez bien cette photo. Comment pourrait-ils être contaminé puisqu’ils ne peuvent entrer en contact avec le malade qui est sous coque hermétique ?
Ou c’est du cinéma, ou on nous prend pour des idiots !

« C’est une professionnelle de la santé qui a soigné le malade rapatrié admis à l’hôpital Carlos III », a annoncé la directrice de la Santé publique, lors d’une conférence de presse. « Nous sommes en train de vérifier si tous les protocoles ont été respectés strictement » pendant le traitement des deux missionnaires, a ajouté la ministre de la Santé Ana Mato.

L’aide soignante, mariée et sans enfants, a été hospitalisée dans une unité spécialisée de l’hôpital d’Alcorcon, un faubourg sud de Madrid, après deux tests positifs au virus d’Ebola. Elle était partie en congé au lendemain du décès du prêtre et n’a pas repris son travail depuis lors. La malade, dont l’identité n’a pas été révélée, s’est sentie mal le 30 septembre mais n’a consulté le médecin que dimanche au retour de ses congés.
Donc, 6 jours pendant lesquels elle était contagieuse et se promenait, en vacances, dans la nature !

Mais encore une fois, les services où étaient traités les malades étaient hyper surveillés, en dépressurisation et le personnel soignant suréquipé et formé !

Obama / Ebola : Le président américain Barack Obama a réaffirmé aujourd’hui que les risques d’une épidémie d’Ebola aux Etats-Unis étaient « extrêmement faibles », en raison en particulier de la qualité du système de santé Américain. Il a également annoncé que le gouvernement Américain examinait les moyens de renforcer les contrôles dans les aéroports afin d’identifier les passagers qui pourraient être porteurs du virus.

 Hollande / Ebola : Alors qu’un premier cas déclaré sur le territoire européen a été annoncé lundi soir, François Hollande a assuré que la France était « en situation de pouvoir soigner » des personnes atteintes par le virus d’Ebola, « si des cas se produisaient en France ».

Je constate que tous deux en envisagent quand même la possibilité !

La fièvre hémorragique virale qui sévit en Afrique de l’Ouest a dépassé les 3 800 morts.

 5 malades atteints par le virus soignés en Europe :
1 à Madrid (contaminée en Espagne + “3 en observation“) – 2 aux USA – 1 Frankfort (décédé 14/10/14) – 1 Oslo.

Mode de transmission que l’on nous annonce.            http://rue89.nouvelobs.com/2014/10/06/peut-attraper-ebola-touchant-barre-metro-255317

(Vu ce qui se passe, je crois qu’il y a d’autres modes de transmission ou les membres du personnel médical touché l’auraient bien cherché, ce qui m’étonnerai vu toutes les précautions prises !).

En Ouganda, un technicien en radiographie de l’hôpital de Kampala est décédé le 28 septembre.“. mort de Marburg, virus « cousin » d’Ebola.
“Le décès d’un homme victime de fièvre hémorragique de Marburg, en Ouganda, prend un écho particulier avec l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest. Même famille, mêmes symptômes, même dangerosité… les deux virus se ressemblent tant que lors de la première épidémie d’Ebola, en 1976 au Zaïre, on a d’abord cru à un Marburg.

Encore un membre du personnel médical ! C’est ça qui est inquiétant, car ce sont des gens éduqués, sensibilisés et qui ont probablement été contaminés par des patients qui repartent et meurent dans leur coin en contaminant leur voisinage !

ET : => http://www.leparisien.fr/societe/ebola-tout-ce-qu-il-faut-savoir-sur-la-maladie-07-10-2014-4194463.php

On nous dit à “Comment l’attrape-t-on ?“ « D’homme à homme, l’infection se produit par contact direct de la peau lésée ou les muqueuses avec le sang, les liquides biologiques ou les sécrétions (selles, urines, salive ou sperme) des sujets infectés. Elle est également possible si la peau lésée ou les muqueuses d’un sujet sain entrent en contact avec des objets contaminés par les liquides infectieux d’un malade, comme des vêtements et du linge de lit souillés, ou des aiguilles usagées. La maladie a également pu se transmettre lors des funérailles d’un malade défunt. ».

Devons nous en conclure que l’infirmière Espagnole avait des lésions au niveau de la peau et n’était pas protégée et en plus s’est frottée au malade ou l’a embrassé (je ne parle pas des autres muqueuses), ou s’est frottée à des objets contaminés à l’endroit où elle avait ses lésions, ou s’est essuyée la bouche avec un tissus infecté ?

Franchement, vous y croyez, vous ? Pour moi, c’est très difficile, ou alors, on a un bon nombre de cinglés dans le personnel hospitalier, ou “on ne nous dit pas tout !“. ;-))