Un problème ou un espoir ?

En tout cas, de gros bouleversements en perspective.

Un de mes amis, toujours à l’écoute des évolutions, m’a transféré la conférence d’un chercheur portant sur notre espérance de vie dans un futur proche.

Je vous fais partager ma réflexion.

L’argumentation et la démonstration repose sur des éléments factuels démontrés (mais pas unifiées, ni dans le temps, ni en population).

Les progrès de la bio et nanotechnologie sont manifestes mais :

Si je suis d’accord avec nombre de références citées (notamment la loi de Moore), je pense que la dernière phrase de sa conférence est utopiste.

  1. utopisme sur les 1000 ans annoncés,
  2. utopisme sur la possibilité de faire partager toutes ces avancées à une masse significative de la population,
  3. et, il semble oublier que d’autres facteurs se développent et vont dans sens inverse et plaident pour une décroissance de la durée de vie dans les pays au niveau technologique élevé (croissance des obèses, des diabétiques, manque d’activité, barrières immunitaires qui tombent, résistance aux antibiotiques, …).

Mais les bouleversements induits risquent quand même d’être nombreux !

À supposer que la durée moyenne de l’espérance de vie passe à 120 ans, quid de la répartition des ressources de la terre, de l’équilibre des caisses de retraite,… et surtout, ce n’est pas la durée de vie qui importe, mais le temps pendant lequel on peut vivre en utilisant un corps “opérationnel“ et en étant toujours heureux de vivre.

Quels coûts cela va t-il engendrer, qui va pouvoir en bénéficier, et, pourquoi ?

J’ai des problèmes de santé assez lourds, mais je ne souhaite pas que ma fin de vie dépasse le raisonnable et que je me retrouve dans un fauteuil ou pire grabataire, bien vivant, à la charge de ma famille sans plus rien apporter qu’une charge qui devient insupportable au fil du temps (y compris pour ceux qui vous aiment).

J’ai eu la chance d’avoir une belle vie et je pense qu’à tous les âges on a des “plaisirs“ différents, que l’on apprend à apprécier de nouvelles choses et qu’il est inutile d’être aigri contre la vie ou jaloux de ceux qui ont plus de chance.

En fait, je pense qu’il est bien plus important de bien vivre que de vivre plus longtemps.

Et là, le problème n’est pas physique, mais cérébral, voire philosophique.

Mais je vous invite à regarder cette vidéo, elle pose quand même question et donne de nombreuses informations. Frank & Stein ne sont pas loin !

http://www.youtube.com/embed/KGD-7M7iYzs