Mots-clefs

,

Démocratie:Dictat

Une discussion impromptue m’a rappelé à la notion de base de la démocratie en Suisse.

En Suisse, il y a le gouvernement élu, mais il y a aussi les votations populaires qui permettent au peuple de se saisir d’un sujet et de donner son avis.

Rappelez-vous qu’en février 2014, les Suisses avaient voté pour limiter l’immigration de masse. À l’époque, le Ministre des Affaires Étrangères du Luxembourg avait même parlé « d’un arrêt des relations entre l’Union Européenne et la Suisse ».

Le Conseil Fédéral Suisse était d’ailleurs contre cette votation. Mais le gouvernement Suisse a décidé de transposer ce vote dans la loi pour une application en 2017.

Alors, Bruxelles s’excite contre la Suisse pour cause de lèse soumission au bien pensant Eurocratique.

Le contraste est flagrant. En France, on sait que si le peuple vote mal, on fait revoter en le contournant, après un maquillage de bon aloi. Et l’on change le NON en OUI.

Il suffit d’oublier le peuple puisque l’on ne peut le changer.

Pire, pour être vraiment tranquille, on ne permet pas au peuple de s’exprimer directement, si ce n’est en élisant des députés qui, par la suite, suivent la politique du groupe ou parti, celle-ci variant selon les intérêts du moment puisque leur situation en dépend. Et, les groupes s’alignent sur l’idéologie du “bien pensant“, tant Nationale qu’Européenne.

Mais le pays des droits de l’homme n’a pas à s’inquiéter puisque cet exemple magistral de démocratie, n’est possible ni en France, ni dans les autres pays Européens.

Vive le retour de Léonarda et du futur petit Dibrani Français dont le patriarche clame déjà « on va leur montrer à Hollande et à Valls qui est le chef ! On va leur dire en face ! Ils ne me croyaient pas quand on disait qu’on était Européens !… ».

Nous n’avons même pas le contrôle de notre population et récoltons ce que l’on a semé ! Pauvre France. L’Allemagne a réagit depuis longtemps, l’Angleterre s’y met, et pour nous, “L’immigration est une chance“ !

Et pourtant, la démocratie a du bon lorsqu’elle existe vraiment.

Patrick.