Il faut bien que ça s’arrête.

 On en est là, ce n’est la faute exclusive de l’un ou l’autre des partis, tous (enfin presque) ont eu la même attitude et ont laissé les déficits couler notre pays.

On ne peut pas continuer à dépenser plus que l’on a. Nous avons une administration pléthorique, des procédures trope lourdes, des rendements de nos administrations trop faibles, des subventions et aides insensées,  des charges effarantes.

En fait nos administrations accomplissent des fonctions qui ne ressortent pas des charges régaliennes de l’État et le rendement de nos administrations n’est pas un exemple d’efficacité. (± 31 jours. de moyenne d’arrêt de travail par an; plusieurs taches que se recoupent, des procédures lourdes et couteuses, 35 h./s., …).

Des subventions ou des aides dont on finit pas se demander comment certaines peuvent exister (subv° et logement des sans papiers et scolarisation obligatoire de leurs enfants, retraite des centenaires Algériens et dès 60 ou 65 ans c’est selon, allocations retraite pour les étrangers n’ayant jamais cotisé, …)

Charges liées au remboursement de la dette, primes ministérielles, mille feuilles administratif, politiques, …

Après avoir arrêté l’action d’économie engagée par Sarkosy et perdu deux ans, on revient maintenant à la réalité. Le pire, c’est qu’il faut que ce soit l’Europe qui nous oblige à nous remettre dans les clous.

Alors, quelque soient les opinions, il faut maintenant souhaiter que l’action de M. Valls soit couronnée de succès, car plus l’on tarde à redresser la France, plus les efforts à accomplir seront sanglants.

Actuellement, il a contre lui tous ceux qui sont conscients qu’il faut le faire et qu’ils auraient dû le faire avant, tous ceux qui voudraient continuer à distribuer ce qu’ils n’ont pas mais qui est indispensable à leur clientélisme, tous ceux qui s’en tirent encore et qui ne voient pas pourquoi ils devraient, comme tous les autres, se serrer la ceinture, tous ceux qui n’ont pas grand choses et qui ne comprennent pas pourquoi ils feraient une effort supplémentaire et enfin tous ceux qui vivent des subventions et surtout, tous les fraudeurs et/ou assistés de tout poil qui profitent du système. Bref, une majorité de Français et d’élus.

Mais, le problème n’est pas de satisfaire tout ce bon peuple, mais de redresser notre pays qui plonge de plus en plus et où l’on se mord la queue en empruntant à nouveau pour rembourser les échéances de la dette que l’on a déjà.

Donc, il va bien falloir s’y mettre, sinon c’est à désespérer. Par contre, il va faudra modifier tous ces régimes et privilèges sans fondement qui sont aberrants qui font que l’on dépense à tout va et dans tous les sens, car il y a une masse d’économies à faire rien qu’en cessant de payer ce qui n’est ni justifié, ni juste.

En fait, on nous parle de 50 Milliards, mais le bon critère n’est pas dans la valeur absolue de la somme, c’est à partir du moment où l’on commencera à nous désendetter que l’on sera réellement sur la bonne voie.

Alors, oui, dans ces conditions, je suis d’accord pour des sacrifices, mais encore faut-il que ce soit pour s’en sortir et pas pour continuer à engraisser tel ou tel lobi ou corporation et laisser perdurer des financements anormaux.

Donc, M. Valls a un travail monstrueux à accomplir et nous devons le soutenir, car nous ne sommes plus dans un choix politique, mais face à notre salut à relativement court terme.

Patrick.